Parce qu’il y a la nuit

Commissariée par Bernard Lamarche, cette exposition est présentée dans le cadre du Prix MNBAQ en art actuel décerné à Carl Trahan en 2016 par le Musée national des beaux-arts du Québec avec le soutient financier de RBC. Parmi les seize œuvres qui la composent — réalisées entre 2005 et 2017, treize ont été acquises par le Musée pour sa collection permanente. L’installation d’enseignes au néon Tormento (Mazza) a été réalisée pour cette exposition qui est accompagnée d’une monographie. Plus d’infos.    /

Because There Is Night

Curated by Bernard Lamarche, this exhibition is presented in the context of the Prix MNBAQ en art actuel 2016 awarded to Carl Trahan by the Musée national des beaux-arts du Québec with the collaboration of the RBC Foundation. Composed of sixteen works of art made between 2005 and 2017, from which thirteen have been acquired by the Museum for its permanent collection. Tormento (Mazza), a neon sign installation, was made specifically for this exhibition that comes with a monograph. More infos.

_____________________

Sauf indication contraire, les photos ci-dessous sont de Idra Labrie, MNBAQ.

 

Ewig (Sütterlin)

Enseigne au néon, 2012

31 X 70 X 5 cm

Carl Trahan Ewig mnbaq

Ce mot allemand signifiant éternel est écrit ici en Sütterlin, écriture cursive utilisée en Prusse à partir de 1915, puis imposée par le régime nazi dans toute l’Allemagne de 1935 à 1941.     /

In German, this word means eternal. Here, it is written in Sütterlin, a cursive script used in Prussia since 1915 and throughout Germany from 1935 to 1941.

_____________________

Le Sens de ces mots (Crayon bilingue)

Trois crayons encadrés, 2005

36 x 36 cm

Car Trahan Le Sens de ces mots Crayon bilingue

Cet objet autoréférentiel souligne les limites de la traduction : le mot sens ne peut être traduit par un seul mot allemand dans ce contexte. Der Sinn dieser Worte = La signification de ces mots. Die Richtung dieser Worte = La direction de ces mots. Les crayons ont été distribués lors d’expositions à : Galerie Verticale, Laval, Canada; L’Œil de Poisson, Québec; Galerie Wendt + Friedmann, Berlin, Allemagne; Centre Madeleine Rebérioux, Créteil, France; Musée d’art contemporain des Laurentides, Saint-Jérôme, Québec     /

This self-referential object underlines the limits of translation as well as the specificities of each language.  Three sentences are written on pencils that visitors are welcomed to take. One is in French: Le sens de ces mots.  In order to translate this sentence in the context of this object, two different sentences are needed in German: Der Sinn dieser Worte(The meaning of these words), and Die Richtung dieser Worte (The direction of these words). This work has been presented at : Galerie Verticale, Laval, Canada; L’Œil de Poisson, Québec, Canada; Galerie Wendt + Friedmann, Berlin, Allemagne; Centre Madeleine Rebérioux, Créteil, France; Musée d’art contemporain des Laurentides, Saint-Jérôme, Québec.

_____________________

Avevamo vegliato

Diptyque, graphite sur papier, 2014

100 x 70 cm chacun

Carl Trahan Avevamo vegliato mnbaqCarl Trahan Avevamo vegliato mnbaq 1

Les premiers mots du premier manifeste futuriste sont retranscrits en dessin. Les lettres en pointillé et la forme du texte rappellent les lampes de métal perforé nord-africaines auxquelles l’auteur italien (né en Égypte) réfère dans le manifeste. Elles rappellent aussi les étoiles et les ampoules électriques, des éléments importants de l’imaginaire futuriste.     /

“We have stayed up all night, my friends and I”. These are the first words of the first futurist manifesto. The letters made of dots and the shape of the text refer to north African hanging lamps made of perforated metal which the Italian author (born in Egypt) refers to in the manifesto. They also recall stars and electric bulbs, important elements in the futurist imagery.

_____________________

My First book in English 

Triptyque, graphite sur papier, 2008

68 x 53 cm chacun 

Carl Trahan Mon premier livre en anglais mnbaqCarl Trahan MFBIE 1 mnbaqCarl Trahan MFBIE 2 mnbaqCarl Trahan MFBIE 3 mnbaq

À partir d’une édition bilingue (et auto-traduite) du livre Le language et son double de Julian Green / Julien Green, chaque paragraphe de la nouvelle My First Book in English a été dessiné (l’original à gauche, la traduction à droite). Puisque l’auteur traduit lui-même ses textes, il prend des libertés qu’un traducteur lié par la fidélité à l’original ne se permettrait pas. L’auteur ajoute donc de nouveaux paragraphes ou en retire dans sa traduction, entre autres.    /

Using a bilingual version of the book Le language et son double (Language And Its Double) by Julian Green / Julien Green, each paragraph of the short story My First Book in English has been drawn (the original on the left, the translation on the right). Translating his own texts, the author takes liberties that any regular translator would not take. For example, he ads or removes some paragraphs in his translation.

_____________________

Il faut être sourd…

Tiges de graphite gravées et aluminium, 2015

49 x 62 x 7 cm

Carl Trahan Il faut être sourd... mnbaq

« Il faut être sourd pour ne pas entendre le tonnerre qui gronde dans le lointain »

Tiré de La Décadence de l’Europe (1867) du journaliste Stefan Buszczyński, ces mots font écho à ceux de plusieurs auteurs, penseurs, politiciens et artistes qui pressentent une inévitable catastrophe. Certains d’entre eux endossent même un rôle prophétique et prévoient de grands bouleversements, de grands renouveaux. Buszczyński considère que tous les éléments sont rassemblés en Europe pour qu’éclate une lutte épouvantable et désespérée.     /

« One must be deaf not to hear the thunder that growls in the distance »

Taken from political essayist Stefan Buszczyński’s La Décadence de l’Europe (1867), these words are echoed by many writers, intellectuals, politicians and artists of the time who feel that a catastrophe is inevitable. Some of them see themselves as prophet and predict great upheavals and renewals. Buszczyński considers that in Europe, all the elements are combined for a dreadful and desperate conflict to burst.

_____________________

Der Kleine Duden, 1934

Moulage en plomb et table peinte, 2012

80 x 70 x 45 cm

Carl Trahan Der kleine Duden mnbaq

Dictionnaire publié une année après la prise de pouvoir des nationaux-socialistes. Le début de l’ouvrage comprend une section spéciale concernant le vocabulaire du parti.     /

Dictionary published one year after the takeover of the National Socialists. At the beginning of the book, there is a special section about the vocabulary of the party.

_____________________

7  (les mots les plus terribles du national-socialisme)

Série de sept dessins au graphite, 2011

76,5 x 56 cm chacun

Carl Trahan 7 (les mots les plus terribles du national socialismeCarl Trahan 7 (les mots les plus terribles du national socialisme 1Carl Trahan 7 (les mots les plus terribles du national socialisme 2

Sept mots tirés du vocabulaire national-socialiste et écrits en police Fraktur. Chacune des lettres de chaque mot ont été superposées et la forme résultante a ensuite été dessinée.   /

Seven words taken from the National Socialism’s vocabulary and written in Fraktur typeface. Every letters of each word have been superimposed and the resulting shape has been drawn.

_____________________

Tous les mots nécessaires

Blocs de graphite gravés, 2012

2 x 10 x 2 cm chacun

Carl Trahan Tous les mots nécessairesCTrahanTND

Photo ci-dessus : Guy L’Heureux

Liste de mots tirés du livre Quel beau dimanche de Jorge Semprún, récit autobiographique traitant de l’incarcération de l’auteur au camp de concentration de Buchenwald, dont les prisonniers étaient de diverses nationalités. Dans cet ouvrage, il dresse une liste des mots allemands qu’il était nécessaire de comprendre afin de survivre au camp.

Ces mots ont parfois plusieurs sens, dont certains ont pu changer depuis les années quarante. Voici les sens les plus liés au contexte de l’œuvre.

Arbeit : travail / Scheiße : merde / Brot : pain / Revier : dispensaire / Schnell : vite / Los : allez / Schonung : soin; ménagement; protection / Achtung : attention / Antreten : débuter / Abort : latrine / Ruhe : repos / Organisieren : s’arranger    /

List of  words taken from Jorge  Semprún’s book Quel beau dimanche, an autobiographical novel that tells the story of the author’s experience in Buchenwald’s concentration camp in which the prisoners came from everywhere in Europe. In this book, Semprún lists the german words on needed to know in order to survive.

These words have several meanings, some of which may have changed since the forties. Here is the translation most closely linked in the work’s context.

Arbeit : work / Scheiße : shit / Brot : bread / Revier : clinic / Schnell : fast / Los : go / Schonung : care; protection / Achtung : attention Antreten : start / Abort : latrines / Ruhe : rest / Organisieren : to manage

_____________________

Tempo / Spazio

Bloc de graphite gravé, 2014

8 x 20 x 5 cm

6.CarlTrahan2014tempo:SpazioPhoto : Guy L’Heureux

Ces mots italiens signifient temps et espace et font référence au premier manifeste futuriste écrit en 1909 par Filippo Tomasso Marinetti dans lequel il déclare : « le Temps et l’Espace sont morts hier », marquant ainsi le début de l’ère de la vitesse.     /

These Italian words mean time and space and refer to the first futurist manifesto written in 1909 by Filippo Tomasso Marinetti in which he declares: “Time and Space died yesterday” implying that the era of speed had begun.

_____________________

Le silence éternel de ces espaces infinis m’effraie

 Verre dépoli et aluminium, 2015, 70 x 93 cm 

Carl Trahan Le silence éternel des ces espaces infinis m'effraie mnbaqCarl Trahan Le silence éternel des ces espaces infinis m'effraie mnbaq détail

Cette phrase de Blaise Pascal est tirée de Pensées, ouvrage posthume publié en 1669. On peut ici l’interpréter comme un présage de la condition humaine dans le contexte des découvertes de la science moderne qui amène l’homme à remettre en question sa place dans le monde et le confronte à sa finitude en l’absence du sacré qui jusque là ordonnait son existence.     / 

(The eternal silence of these infinite spaces fills me with dread)

These words are taken from Blaise Pascal’s Pensées, published in 1669 after his death. They can foreshadow human’s condition after the discoveries of modern science, which brings humankind to reconsider its place in the universe and confronts them with their finitude in the absence of a sacred order of the world.

_____________________

Bouleversement (traductions)

Peinture à tableau et pastel, 2014

Dimensions variables

Carl Trahan Bouleversement mnbaqBOULEVERSEMENT_label201

En prenant le mot français bouleversement comme point de départ, chacune des traductions italiennes proposées dans un dictionnaire bilingue ont été inscrites. Pour chacun de ces termes, toutes les traductions françaises ont ensuite été inscrites. Cet aller-retour — en principe infini — a été maintes fois répété.     /

Starting with the French word bouleversement (disruption, changes, upheaval…), every Italian translation that appears in a bilingual dictionary has been written down. Then, every French translations for each of these Italian words were inscribed, etc.

_____________________

Wo viel Licht ist, ist auch viel Schatten

(Là où il y a beaucoup de lumière, il y a aussi beaucoup d’ombre)

Diptyque,  graphite sur papier, 2015, 32 x 25 cm chacun (encadrés)

7-carltrahan2015wo-viel-licht-ist-ist-auch-viel-schattenPhoto : Guy L’Heureux

À partir de 1850, on voit se développer en Occident une fascination pour le spiritisme et l’occultisme, de même que pour les religions et les arts étrangers. Ces intérêts dénotent un certain désir de transcendance et de spiritualité. Le titre est emprunté à la pièce de théâtre Götz von Berlichingen, écrite par Johann Wolfgang von Goethe en 1773.     /

(Where there is much light, the shadow is deep)

From the second half of the 19th century in the Western World, there is a growing fascination for spiritualism, as well as for the religions and the arts from abroad. These interests indicate a certain longing for transcendence and spirituality. The title is borrowed from Johann Wolfgang von Goethe’s play Götz von Berlichingen (1773).

_____________________

Electrical discharge—in a perfectly dark room

(décharge électrique — dans une pièce complètement sombre)

Quadriptyque, graphite sur papier, 2015

Trois de 14 x 18 et un de 18 x 28 cm (non encadrés)

Carl Trahan Electrical Discharge (In a perfectly dark room) mnbaq 1.jpgCarl Trahan Electrical Discharge (In a perfectly dark room) mnbaq 2Carl Trahan Electrical Discharge (In a perfectly dark room) mnbaq 3.jpgCarl Trahan Electrical Discharge (In a perfectly dark room) mnbaq 4.jpgPhotos : Guy L’Heureux

_____________________

Notte elettrica

Enseigne au néon et relais temporisé, 2014

Dimensions variables

Carl Trahan Notte elettrica mnbaq

Ces quatre citations sont issues de deux manifestes futuristes : Le manifeste du futurisme, 1909, de Marinetti et Le manifeste futuriste de l’art mécanique, 1922, de Ivo Pannagi et Vinico Paladini.

Traductions :
Anche noi macchine : nous sommes aussi des machines
Abbiamo lottato : nous avons lutté
Sentiamo meccanicamente : nous ressentons mécaniquement
Eterna velocità : vitesse éternelle     /

These four quotations are taken from two futurist manifestos: The Futurist Manifesto, 1909, by Marinetti and Manifesto of Futurist Mechanical Art, from Ivo Pannagi et Vinico Paladini.

Translations:
Anche noi machine: we are machines as well
Abbiamo lottato: we have struggle
Sentiamo meccanicamente: we feel mecanically
Eterna velocità: eternal speed   

_____________________

Lampes : Marinetti / Mussolini

Verre soufflé, aluminium et quincaillerie, 2014

185 x 42 x 42 et 182 x 42 x 42 cm

Carl Trahan Lampes Marinetti Mussilini mnbaq 1Carl Trahan Lampes Marinetti Mussilini mnbaq 3Carl Trahan Lampes Marinetti Mussilini mnbaq 2

_____________________

Tormento (Mazza)

Enseignes au néon et peinture, 2017

Dimensions variables

Carl Trahan Tormento (Mazza) mbaq

Carl Trahan Tormento (Mazza) mnbaq Ct

Carl Trahan Tormento (Mazza) mnbaq 1

Un poème futuriste de Anna Maria Mazza écrit en 1937 est retranscrit en néon peint en noir.    /

A futurist poem written by Anna Maria Mazza in 1937 is transcribed in neon signs painted in black.

Le poème et sa traduction française :   /

The poem and its English translation:

 

Tormento

Lampada calma

che non oscilli

mai,

è freddo il tuo cuore

di luce.

Vorrei centuplicare

il tuo splendore

per accecarmi

e non vedere

più.

Vorrei

l’indifferenza

muta

con cui tu illumini

e non guardi.

Infondimi l’apatia

leggera e quieta

per non amare

e non odiare

mai.    /

 

 

Tourment

Lampe calme

qui n’oscille

jamais,

il est froid ton cœur

de lumière.

Je voudrais centupler

ta splendeur

pour m’aveugler

et ne plus voir

à nouveau.

Je souhaite l’indifférence

muette

avec laquelle tu illumines

sans regarder.

Infuse moi l’apathie

légère et calme

pour ne plus aimer

et ne plus haïr

à nouveau.    /

 

Torment

Calm lamp,

never

trembling,

your heart of light

is cold.

I would like to centuplicate

your splendor

to blind myself

and never

to see again.

I long for the mute

indifference

with which you illuminate

without seeing.

Infuse me with light and calm

apathy:

never to love

never to hate

again.

Translated by Laura Wittman

 

 

Publicités